CONSILIA, INSTRUMENTA ET FONTES  

CONSEILS, OUTILS ET REFERENCES POUR S'INITIER A L'USAGE DU LATIN    


1) Les supports audio

2) Les livres

3) Les revues

4) Les forums et les sites internet

5) Les séminaires d'été de latin vivant

6) Les cercles de conversation latine (circuli Latini)

Forum aux Questions (à télécharger)

Documents divers (à télécharger)


1) Les supports audio :  

- La méthode de « latin vivant » la plus connue fut longtemps la première édition de la méthode ASSIMIL, Le latin sans peine (celle de Clément Desessard et du Père Hypeau, fruit le plus visible, mais bien modeste, des objectifs du « Premier Congrès international pour le latin vivant » réuni à Avignon en 1956). Cette méthode fut publiée en 1966 mais son contenu, comme on peut s’en douter, avait beaucoup vieilli. La nouvelle édition, celle qu’Assimil confia à Isabelle Ducos-Filippi et publia en 2007, n’est pas conforme à l’esprit qu’on attend de l’éditeur. Son auteur, tout en rendant hommage à l’édition antérieur, affirme que le latin est une langue morte et l’enseigne comme telle. C’est un beau travail, comme tout manuel de latin (avec enregistrement des textes qui plus est) mais à part la diction que proposent ses disques, elle n’apporte strictement rien de nouveau au choix de méthodes existantes (du moins en français), toutes basées sur les mêmes principes didactiques.

- Le CD-Rom pédagogique d’Eurotalk, Talk Now Latin, peut être une bonne initiation : je ne l’ai malheureusement pas encore éprouvé. On le trouve sur Amazon pour 34,95 euros.

- Le CD audio que Jean-Pierre Mazières, de l'Université de Toulouse, a édité en 2003, Comment prononcer le latin ?, permet de comprendre les règles simples de l’accentuation des mots latins. Il suffit d'envoyer 10 euros (frais de port compris) à Céline GABAUDE, 2 cheminement Henri Bosco, 31000 Toulouse (libellez le chèque à l'ordre de : ARTELA-éditions / CCP Toulouse n°392216 N).

- L'association Vox Latina, rattachée à l’Université de Saarbrücken, propose aussi une série de cassettes et de CD très pédagogiques et très variés, en prononciation restituée (avec livrets d'accompagnement) : http://www.voxlatina.uni-saarland.de/ (cf. dans le menu à gauche : « 3. Libri audibiles / disci compacti »)

- On trouve sur l’internet de nombreuses possibilités offrant l’image et le son. Un grand nombre ont déjà fait l’objet de listes d’adresses comme celle-ci :

http://home.student.uu.se/jowi4905/latin/index.html

Les liens de ces listes sont toujours à vérifier. Un Français préfèrera parfois la clarté d’un locuteur allemand ou de langue romane à l’accent anglo-américain de certains latinistes. Mais ces accents variés dans l’usage oral du latin reconstitué (ou même ecclésiastique) font le charme du « latin vivant » et l’empêchent pas la communication. La TV allemande 3.sat a réalisé en août 2008 une émission de 37 minutes en latin, sur la Latinitas unifiant le monde européen et méditerannéen : http://www.3sat.de/mediathek/mediathek.php?obj=9250


2) Les livres :  

Outre la méthode complète de lecture cursive que Hans H. Ørberg a rédigée entièrement en latin, pour mener progressivement le débutant jusqu’à la lecture des textes antiques, ainsi que la méthode de Claude Fiévet (cf. les pages de ce site qui leur sont consacrées), nous conseillons :

- Le Latin pour débutants, Guide de langue USBORNE, 10 euros, en couleurs, amusant, excellent pour nos Cinquièmes.

- Septimana Latina I et II de Mechtild Hofmann et Robert Maier, München, J. Lindauer Verlag, 2012 (€ 30.80 les 2 vol.). Je n’ai pas encore consulté ce manuel de « latin vivant » (« viva Latinitas »), mais le premier de leur auteur allemand, Robert Maier, Piper Salve (1998, aujourd’hui épuisé) était un modèle du genre. On peut commander facilement ces deux volumes entièrement en latin : http://www.edupublish.com/txt/d/books_la.html

- Le professeur trouvera le vocabulaire néolatin dont il a besoin pour animer ses cours chez ses collègues allemands de Vox Latina, à l'université de Saarbrücken : VOX LATINA, Universität – FR 5.2 – D-66041 Saarbrücken. Surtout ces trois livres de Sigrid Albert : Cottidianum Vocabularium Scholare. Theodisco-Latinum, Latino-Theodiscum, Francogallico-Latinum, Latino-Francogallicum. 2a ed. 2001 (€ 11.50) ; Imaginum Vocabularium Latinum (un lexique) 2009 (€ 19.- ) ; Cottidie Latine loquamur. Textus de rebus cottidianis hodiernisque, 2a ed., 2010  (€ 15.-) : http://www.voxlatina.uni-saarland.de/ (cf. dans le menu à gauche : « 2. Domus editoria Societatis Latinae »)

- Une grammaire tout en latin, très complète, pédagogique et en même temps très au fait des derniers débats des érudits a été éditée en Italie: Elementa linguae et grammaticae Latinae de Cletus Pavanetto, Romae, Libreria Ateneo Salesiano, 5e éd., 2001 (17,10 euros). On peut la commander sur le site internet de cet éditeur (prévoir 13 euros de frais d’expédition) : http://las.ups.urbe.it/

- Un lexique français-latin et latin-français, Calepinus novus, édité en 2002 par la Fondation Melissa (cf adresse ci-dessous) et le Musée de la Maison d’Erasme à Bruxelles.

- Un dictionnaire plus ambitieux de néolatin, Lexicon recentis Latinitatis, édité par la Libraria Editoria Vaticana en 2003 (728 pages, € 100.-). Les entrées de l’édition originale sont en italien. Il vaut mieux commander l’édition en un volume (vol. I et II, relié) : http://www.paxbook.com/algorithmiS/servusPrimus?iussum=monstraElenchumScriptorumEditorumCat&corpus=B76

Paxbook.com est la libraire en ligne du Vatican. On trouvera sur la même page la liste des quelques ouvrages de la série « Latinitas » disponibles au catalogue de la maison d’édition du Saint Siège, ou dans le catalogue de l’éditeur (aujourd’hui mineur dans l’offre consacrée au « latin vivant ») : http://www.libreriaeditricevaticana.com/home.jsp

Dans cette liste, le petit ouvrage très simple de Carolus Egger, Latine discere iuvat (4e éd., 1986), peut rendre un grand service au professeur qui veut commencer à s’exprimer en latin en classe, pour un petit prix (5,38 €) ! Il fut mon premier guide de conversation en classe.

- Un autre petit « guide de conversation » aussi simple que complet est celui que l’Allemand Georg Capellanus publia en 1970 (il publia l’équivalent en attique : Sprechen Sie Attisch ?), et que Peter Needham, le futur traducteur de Harry Potter, traduisit et enrichit en anglais sous le titre Latin can be fun. Facetiae Latinae (London, Souvenir Press, 1997, € 12.97 sur Amazon.fr).

- Les anglicistes pourront le compléter avec le Conversational Latin for Oral Proficiency de l’Américain John C. Traupman (4e éd., 2007, Bolchazy-Carducci Publishers), dont on peut commander aussi les CD audio. Ce livre est conçu comme un manuel où des listes de vocabulaire sur tous les grands thèmes de la vie et du monde modernes sont précédés de dialogues érasmiens (sans l’humour et le génie d’Érasme).

On peut facilement commander les ouvrages étrangers sur les sites nationaux des distributeurs comme Amazon. Notons que tous ces livres de conversation latine, sous leur apparence ludique, se caractérisent par le classicisme de leur vocabulaire, de leurs néologismes, et de leur syntaxe.

On trouve également plusieurs lexiques de latin moderne sur la toile. Nous n’en mentionnerons que deux :

- Le lexique moderne français-latin que l’Espagnol Higino García a publié (en français car c’est au Québec qu’il a enseigné la philosophie et pris sa retraite,  comme il l’explique lui-même en latin dans sa lettre au lecteur, datée du 17.10.2000) : http://www.quaelibet.net/NotaeNet/N_0.html

Signalons qu’Higinus García est mort en 2010, et que ce travail, avec d’autres touchant entre autres langues l’espéranto, le français et le castillan, reste disponible par sa volonté testamentaire, grâce aux soins de sa famille, comme il est expliqué dans la page d’accueil ci-dessous : http://www.quaelibet.net/

- Le lexique du vocabulaire informatique (vocabula computatralia) proposé par le Polonais Konrad M. Kokoszkiewicz (sur la base des néologismes néolatins qui circulaient déjà dans les revues et les forums, et avaient acquis ainsi une vie, propre à toutes les langues de communication) : http://www.obta.uw.edu.pl/~draco/docs/voccomp.html

Rappelons qu’un grand nombre de mots latins modernes ne datent pas d’aujourd’hui mais ont été transmis par la tradition ininterrompue jusqu’à nos jours du néolatin. On retrouvera donc certains de ces mots dans le Glossarium mediae et infimae Latinitatis de Du Cange, dont la dernière édition, celle de Léopold Favre (1883-1887), en 10 volumes, a été elle-même informatisée et mise en ligne par l’École nationale des chartes : http://ducange.enc.sorbonne.fr/


3) Les revues :

- Melissa, quatre numéros par an :

http://www.fundatiomelissa.org/fundatiomelissa/Periodicum.html

http://users.skynet.be/Melissalatina/

- Vox Latina, quatre numéros par an :

http://www.voxlatina.uni-saarland.de/ (cf. dans le menu à gauche « 1. Vox Latina »)

- Aduléscens est une publication italienne tout en latin, adaptée à nos collégiens :

http://www.elimagazines.com/www/en/latino.html    


4) Les forums et les sites internet :  

- Un forum de grande qualité est le Grex Latine Loquentium. C’est une liste de diffusion (vous pouvez choisir de recevoir directement dans votre boîte aux lettres les messages envoyés à la ronde par chacun, et vos messages font automatiquement le même chemin à l’envers) : http://www.grexlat.com Visitez aussi le forum des Nuntii Latini : http://www.yle.fi/fbc/latini

- Le latin s’est mis à la page du web 2.0, grâce au dynamisme d’un jeune prof de sciences londonien, Evan Millner, surtout passionné par l’enseignement du latin sur le web. Son site Schola (créé en 2008) réunit les avantages du blog, du forum, du tchat (« locutorium ») et des sites web classiques (il attire de ce fait beaucoup plus de monde que le Grex Latine Loquentium) : http://schola.ning.com/

On y trouvera même des cours de latin et de nombreux enregistrements audio et video. Le Circulus Latinus de l'Université de Palerme (Panormitanus) offrit sur son site web (actuellement inaccessible) le premier "tchat" en latin. Passé la période d'émerveillement, il nécessitait qu'on s'y rende à certains moments précis pour ne pas s'y retrouver seul. C'est un inconvénient qu'on trouve peu sur Schola.

- Skype est devenu aussi un moyen simple et gratuit de discuter en latin avec le monde entier. On trouvera une liste de ces correspondants possibles (de niveaux très variés) sur le site de Francisca Parva : http://www.circuluslatinusinterretialis.co.uk/index.html

- Enfin, il existe un journal en ligne d’actualités et d’articles de fonds entièrement rédigé en latin, et remarquablement entretenu par des néolatinistes de grande qualité du monde entier. C’est Ephemeris : http://ephemeris.alcuinus.net/


5) Les séminaires d'été de latin vivant :

- Il existe en France une seule rencontre annuelle de « latin vivant », les Feriae Latinae, réunissant au mois de juillet des latinistes de tous âges et de tous pays à l’abbaye de St-Frigolet-de-Frigolet, près d’Avignon. Le cadre est beau et reposant, et l'ambiance conviviale. Précisons que ces Feriae, soutenues depuis leur création par la communauté des moines, n'ont aucun caractère confessionnel : http://www.frigolet.com/fr/vie-culturelle/feriae-latinae

- Une latiniste anglaise, Francisca Parva, a eu la très bonne idée de rassembler et de mettre à jour les dates des nombreuses rencontres de « latin vivant » qui ont lieu chaque été en Europe (et ailleurs) :

http://www.circuluslatinusinterretialis.co.uk/index.html (cf. dans le menu à gauche « Conventus »)

On trouvera aussi sur son site la liste des « latinophones » que l’on peut chercher à contacter par Skype (cf. dans le menu « Sodales »).

- Il existe en Allemagne (entre autres rassemblements similaires) un séminaire international particulièrement ouvert aux jeunes latinistes et très axé sur la musique, les sorties et la cuisine romaine, fondé il y a 25 ans par Robert Maier (cf. ci-dessus § 2, « Les livres »), les Septimanae Latinae : http://www.maierphil.de/SeptLat/


6) Les cercles de conversation latine (circuli Latini) :

On peut aussi préférer s’amuser à parler latin tout au long de l’année (et sur les sujets les plus variés et parfois les plus académiques) en rencontrant physiquement ses interlocuteurs : c’est ce que proposent les cercles latins. Il y en a dans toute l’Europe (et sur d’autres continents), surtout dans les capitales. Ils réunissent un petit nombre de passionnés. Dans les pays francophones, il n’en existe à notre connaissance que deux actuellement (celui de Perpignan a fonctionné à l’Université de 2005 à 2007) :

- Paris (fondé et animé par le chanteur classique Daniel Blanchard) : http://www.circulus.fr/

A noter que Dominique Viain, un agrégé de lettres classiques, donne à Paris des cours de latin vivant (avec la méthode Ørberg et en sollicitant l’expression orale des étudiants) à l’Institut Saint Pie X : http://iuspx.fr/cours-de-latin-vivant/

- Bruxelles (animé par le médecin retraité Guy Licoppe, qui dirige avec Françoise Deraedt la revue Melissa et donne des cours de latin à la Maison d’Erasme) : http://www.fundatiomelissa.org/fundatiomelissa/Circulus_Latinus_Bruxellensis.html

On trouvera les coordonnées d’autres cercles en Europe et dans le monde sur le site suivant : http://www.circuluslatinusinterretialis.co.uk/ (cf. dans le menu de gauche « Circuli Latini »)

Il y aurait encore d'autres ouvrages et d'autres sites à conseiller, en particulier les lexiques de néo-latin disponibles en ligne. Le lecteur les découvrira avec le temps. Qu’il n’oublie pas que la plupart des sites de « latin vivant », par exemple celui du Grex Latine Loquentium, offrent de nombreux liens, qu’il était fort peu utile de reproduire ici : http://www.grexlat.com/nexus/cone.html

***

Les plus "anxieux" parmi vous peuvent aussi jeter un œil sur notre Forum Aux Questions (les questions m’ont été réellement posées) :

FAQ [Frequenter Allatae Quaestiones]

***

VOICI POUR FINIR QUELQUES DERNIERS CONSEILS ET DES EXEMPLES DE COURS EN LATIN ET D’EXPRESSIONS UTILES A LA CLASSE (ce ne sont que des exemples qu’il faut adapter à l’âge, au niveau des élèves ou des étudiants, et au groupe) :

= > QUOMODO RECTE ENUNTIENTUR VERBA LATINA / COMMENT PRONONCER LE LATIN CORRECTEMENT  

= > Revisio prima et secunda : imagines nominare (exemples de fiche illustrée que le professeur peut faire lui-même avec les images disponibles dans WORD, pour réutiliser le vocabulaire ou introduire une leçon grammaticale)          Fiche 1 [PDF]          Fiche 2 [PDF]

= > Schola Latina I (exemple de premier cours de latin vivant, avec la fiche récapitulatrice) 

= > Schola Latina IV (exemple de dialogue introduisant le pluriel des deux premières déclinaisons et du présent de l’indicatif)  

= > Schola Latina V (exemple de la manière dont le latin oral permet d’assimiler le vocatif, l’impératif présent et l’accusatif)  

= > Vocabula I ad usum magistri ac discipulorum (verbes à l’impératif pour les demandes que le maître fait couramment en classe)

= > Quomodo Latine ludatur ludus septem familiarum (comment jouer en latin au jeu des sept familles)


Les fiches ci-dessus ne sont que des outils lexicaux : l’imagination du professeur les complètera pour que les élèves ou les étudiants entrent activement et de bon gré dans cet apprentissage.      


Olivier Rimbault, Perpignan, août 2012