COMMERCIUM EPISTOLARE

QUEM AD USUM HAE CHARTAE COMPOSITAE SUNT ?  


Ut earum tituli nuntiant, ideo haec series et ordo chartarum magistris traduntur (etsi ceteris quoque usui esse possint) ut ipsi commercia epistularia et Latina facile instituant inter duos discipulorum vel studentium greges. Certe vix meliore modo magistri primum veram scientiam linguae Latinae ab initio instillabunt simulque perpendent, deinde autem monstrabunt linguam Latinam ad viva commercia resque hodiernas quoque aptam esse.

Tamen eadem argumenta, eadem igitur vocabula nec nimium dissimilem progressionem in rebus grammaticis oportebat esse discipulis qui alteri alterorum litteras facile libenterque legerent. Qua de causa hoc commune instrumentum nunc proponimus postquam id melius per annos perfecimus, pluribus commerciis ductis et expertis inter iuvenes Francogallos et Belgas et Helvetios Germaniloquentes et Americanos et Italos et Croatas, vel etiam intra Francogalliam.

Utinam igitur multi et alii magistri hoc opus iam libere assumant libereque etiam melius faciant ! Certe autem ipsorum erit collegas invenire quibuscum hoc inceptum temptetis : in foris electronicis Latinis, ut pluries fecimus, se reperient (cf. Album huius situs in ea parte c. t. Commentaria, et fororum inscriptiones in ea pagina c. t. Consilia et fontes).

Etiam vobis suademus ut discipulos ab ipsis rudimentis ad hoc commercium ducatis. Nam id semper feliciter egimus, cum non in omnibus Europae nationibus Latinistae aequales iuvenioribus facile inveniri possent. Novis vero "calami sodalibus" inventis, maximi momenti erit ut magistri ipsi fideles et constantes in inchoato commercio ad finem pergendo sint. Ad quod satis sit unam epistulam inter singulas scholaris anni ferias communicari, scilicet circa sex hebdomadis praetermissis, ut commercio sit verus successus (quod ad amicitias spectat) fructusque (quod ad disciplinam Latinam attinet). Quare magistri ipsi inter se plura verba quam discipuli sui serere debebunt !

Denique hae septem chartae iam materiam ad plus quam unius anni commercium offerunt. Sed aliae de novis argumentis semper addi poterunt ut scribendi materiam ad duos annos porrigant. Quae inter supplementaria vel una charta ad quoddam iter scholare describendum utilis sit. Quidni enim iter in alterum annum paretur ut "calami sodales" in fine inter se conveniant simulque (in Europa scilicet) Romana et Mediaevalia monumenta visant, eodemque loco una ludant, cantent et colloquantur… et cur non Latine ? FELICITER !


= > Explications et recommandations en français pour l’organisation d’une correspondance en latin entre élèves ou étudiants avec l’aide de ces fiches (traduction du texte ci-dessus, avec quelques précisions sur la mise en pratique).

- Fiches avec traduction française / Chartae Francogallice conversae :

= > Fiche n°1 (Se présenter)

= > Fiche n°2 (Présenter son habitation)

= > Fiche n°3 (Présenter sa ville ou son village et sa région)

= > Fiche n°4 (Des goûts et des couleurs)

= > Fiche n°5 (Description des professeurs)

= > Fiche n°6 (La fin de l'année, l'orientation et les vacances)

= > Fiche n°7 (Noël et le Nouvel An)

- Fiches avec traduction anglaise / Chartae Anglice conversae (a Joanna Sheldon) :

In pagina : commercia epistolaria > Anglice

- Fiches avec traduction allemande / Chartae Germanice conversae (a Bernardo Siess) :

In pagina : commercia epistolaria > Germanice   

- Fiches avec traduction castillane / Chartae Hispanice conversae (ab Eliana Dorca) :

In pagina : commercia epistolaria > Hispanice

- Fiches avec traduction italienne / Chartae Italice conversae (a Stephano Rocca) :

In pagina : commercia epistolaria > Italice


Ces fiches se trouvent aussi sur le site de mon collègue italien et ami Stephano Rocca, qui les a mises en ligne à l’époque où je ne pouvais assurer ce travail : http://xoomer.virgilio.it/strocc/index.html (cf. in indice manu sinistra posito « Commercium epistularum »)



MONITIO DE CHARTARUM SCRIPTURA

                AVERTISSEMENT AU SUJET DE L'ECRITURE DES FICHES

Unum maxime deest in horum vocabulorum Latinorum tabulis : longitudo paenultimae syllabae lineolā indicata cum longa sit, ut discipulus magisterque non desinant memoriam exercere de recta Latinae linguae accentatione. Itaque lineolae deficientes in impressa charta cuique magistro addendae sunt, quod facile lexico juvante faciet.

Ces listes de vocabulaires comportent une grande lacune : l’indication par un petit trait de la longueur de la pénultième des mots latins, quand celle-ci est longue, afin que l’élève et le professeur ne cessent d’entretenir leur mémoire sur la bonne accentuation de la langue latine. Chaque professeur devra donc ajouter les traits qui manquent sur la fiche, une fois qu’elle est imprimée, ce qu’il fera facilement avec l’aide du dictionnaire.



ALIAE NOTAE (FRANCOGALLICE)

AUTRES REMARQUES(EN FRANCAIS)


1) Ce travail suppose que les élèves aient chacun un prénom latin. Le meilleur lexique des prénoms authentiquement latins est le Lexicon nominum virorum et mulierum de Carolus [Karl] Egger (2a ed. Romae, Societas Libraria « Studium », 1963). Cet ouvrage est à ma connaissance épuisé (il ne fait pas partie des titres de Karl Egger encore au catalogue de la Libreria Vaticana – cf. ci-dessous). Maria-Pia Gerbet m’en avait envoyé une photocopie complète : qu’elle soit ici remerciée ! L’ouvrage, entièrement rédigé en latin, donne pour chaque prénom une fiche étymologique critique fort intéressante. Mais ce lexique est daté : il n’échappe pas au professeur de latin d’aujourd’hui que beaucoup d’élèves ont des prénoms d’origine arabe, anglo-américaine ou même parfaitement originaux, qui ne figurent pas dans ce lexique des années 60. L’enseignant peut alors, comme le faisaient les humanistes dans leur correspondance néolatine, soit latiniser le prénom (Djamel devient Djamelus ; la latinisation va de soi pour les prénoms féminins ou même masculins en -a), soit choisir un équivalent latin proche du sens étymologique du prénom (Djamel signifiant « la beauté » en arabe, on pense au grec Kallistos qui a donné le prénom français Caliste, soit pourquoi pas Callistus en néolatin). On trouvera ci-dessous une petite liste qui reste à enrichir indéfiniment !

INDEX PRAENOMINUM / LISTE DE PRENOMS

2) Ce travail de correspondance peut donner lieu à divers prolongements civilisationnels, en particulier à partir des fiches présentant le lieu où vivent les élèves. Occasion d’étudier avec eux l’archéologie et l’histoire antiques et médiévales (voire plus tardives) de ces lieux, ainsi que la toponymie, qui reflète à sa manière l’Histoire de France. Les élèves, qui révisent ou apprennent les compléments de lieu, peuvent découvrir en même temps les formes antiques et médiévales des toponymes locaux et régionaux.

- Pour cela, leur professeur peut toujours recourir, pour les noms des principales villes du monde, à un autre lexique du père Egger, Lexicon nominum locorum (Romae, Officina Libraria Vaticana, 1977), toujours au catalogue de l’éditeur : http://www.vatican.va/roman_curia/institutions_connected/lev/docs_lev/it/catalogo.htm

On peut le commander, avec les autres ouvrages de la série « Latinitas », chez Paxbook, la librairie en ligne de la maison d’édition du Vatican : http://www.paxbook.com/algorithmiS/servusPrimus?iussum=monstraElenchumScriptorumEditorumCat&corpus=B76

- Il trouvera beaucoup plus dans une toponymie de la France. Nous préférons personnellement la Toponymie générale de la France en trois volumes d’Ernest Nègre, (Genève, Droz, 1990, 1991, 1998), qui contient l’évolution étymologique de 35000 noms de lieux, classés selon les diverses couches historiques, et à l’intérieur de chacune d’elle selon les habituels ensembles thématiques.

- Mais rien ne vaut la documentation savante locale. Nous disposons dans les Pyrénées-Orientales d’une très belle synthèse de cette documentation, réalisée et mise en ligne par l’enseignant retraité Jean Tosti : http://jeantosti.com/villages.htm

Voici un exemple de fiche donnée aux élèves (qui auraient pu faire cette recherche eux-mêmes), à l’époque où j’enseignais au collège de Saint André (66) : noms de lieux autour de St André


Pour clore ce dossier, voici un exemple de discours et de jeu théâtral en latin pour introduire le projet dans la classe (on peut ensuite projeter la fiche sur le tableau blanc, ce qui est une occasion de parler d'Erasme, du néolatin et des Colloquia familiaria !) :

INTRODUCTIO AD COMMERCIUM EPISTOLARE


                                                                                                          Olivarius / Olivier Rimbault, août 2012